TAgactu
Actualités - Publié le 28.01.2021

A la découverte d'un projet d'habitats inclusifs pour adultes autistes avec Eva

Eva, animatrice de réseau et en stage chez TAg22 nous présente l'association "Gwitibunan". Ensemble ils œuvrent pour proposer des lieux de vies indépendants aux personnes atteintes de troubles du spectre de l’autisme, leur permettant de vivre au milieu de tous, tout en étant accompagnés.
Association Gwitibunan côtes d'armor
Association Gwitibunan

Peux tu nous parler de ton parcours ?

Je suis étudiante en école de commerce, passionnée par l’entrepreneuriat de projets porteurs de sens.
Dans ce contexte, j’ai vécu plusieurs expériences en structures d’accompagnement à l’entrepreneuriat (Initiative Armor, Femmes de Bretagne, etc.) ainsi qu’en création de projets.
En outre, j’ai toujours eu un pied dans le monde de l’économie sociale et solidaire. À mes 16 ans, j’ai intégré une Coopérative Jeunesse de Services (CJS), en tant que coopérante. L’été dernier, je suis devenue animatrice de l’une de ces coopératives. Aujourd’hui, au sein du TAg22, je réalise pleinement ce que j’ambitionne depuis plusieurs années : développer un projet social innovant, qui répond à des besoins réels de notre territoire.

 

Pourquoi avoir choisi TAg22 et comment as-tu connu la structure ?

Étant briochine (et qui plus est, impliquée dans les CJS), je connaissais déjà bien Rich’ESS, le pôle ESS du pays de Saint-Brieuc. Pour ce stage, je souhaitais m’impliquer auprès de porteurs de projets ou au sein-même d’un projet ESS. J’ai rapidement découvert les TAg et notamment celui de Saint-Brieuc qui recherchait une personne à plein temps pour accélérer le développement d’un de ses projets.

 

Peux-tu nous présenter l’association Gwitibunan ?

Gwitibunan (« Tous ensemble » en breton) est une association fondée par des parents d’adultes atteints de troubles du spectre de l’autisme (TSA), résidant en Côtes d’Armor. Leurs enfants vivent actuellement dans des structures non-spécifiques ou à leur domicile familial, avec toutes les conséquences que cela induit. Dans les deux cas, ils ont un statut de résident et une autonomie limitée.

Après des années à espérer l’émergence de solutions alternatives, ces familles ont décidé de se regrouper. Des professionnels de l’autisme les ont progressivement rejoints. Parmi ces professionnels, Sylvain Bernu, actuellement responsable régional pour Âges & Vie, a contacté Patrice Hénaff, coordinateur du TAg22. De ces rassemblements, le projet d’habitats inclusifs est né.

 

Quel est votre objectif ?

Notre objectif est de sortir nos concitoyens autistes de l’isolement social, culturel, affectif où les maintient une vision dépassée du syndrome.

Les habitats seront situés dans le centre de communes rurales afin de favoriser l’insertion sociale et les ressources y seront mutualisées.

En outre, une fois l’association transformée en Société Coopérative d'Intérêt Collectif, les bénéficiaires et leurs familles deviendront sociétaires et garderons donc toujours la main sur la gestion et l’animation de ces habitats.

Au-delà de tout ça, ce projet va permettre aux adultes atteints de TSA de pouvoir vivre chez eux ; un premier pas pour un mode de vie plus autonome, mieux intégré, au plus proche de la « vie ordinaire ».

 

Parle nous de ta mission de stage :

Ma mission est d’animer l’ensemble du réseau. Cela nécessite d’avoir une vision globale du projet, pour organiser son avancement et coordonner bénéficiaires et parties prenantes.
Le second aspect de ma mission est de réaliser une étude de faisabilité au sujet de la création d’une SCIC porteuse du projet.

 

Que peut-on souhaiter à ce projet pour la suite ?

D’abord, sa concrétisation dans les meilleures conditions et les délais les plus courts… Ensuite, sur un plus long terme, le développement de ce projet vers d’autres familles dans l’attente.

Partager